Boh'Girls'Team
Bienvenue sur le forum des Boh'girls ! Boh'ne visite !


Boh'Girl un jour ~ Boh'Girl toujours
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Solitude nocturne -Finie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
minicalimero



Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Jeu 8 Avr - 14:14

mais la klara, elle va y arriver, a les caser ensemble les deux tete de mules hein!!!
j'aime beaucoup
la suiteeeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
http://fond-d-ecran.forumactif.com/
amatxi
brigade de surveillance
brigade de surveillance
avatar

Féminin
Age : 64
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Jeu 8 Avr - 15:01

bon , et la suite alors ?....
Klara est trés sympa ....elle mériterait d'être dans la tv sifflote


quand on est aimé on ne doute de rien ,quand on aime on doute de tout.
Revenir en haut Aller en bas
Mary

avatar

Féminin
Age : 27
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Jeu 8 Avr - 15:29

Allez suite, j'ai eu du mal a l'écrire, je voulais que ce soit bien décrit, c'est pas encore ca, la dernière partie je vais essayer de faire le double d'effort !!!

Merci pour vos coms



Oh mon dieu !

C’est la première réflexion qu’eut Boher ce matin là, lorsque devant le miroir du grand magasin de prêt-à-porter il se retrouva tiré à quatre épingles. Gardant pour lui la perplexité qui l'avait habité lorsqu’il avait constaté son reflet, il se retourna vers les vendeurs qui eux semblaient content du résultat. Dubitatif, il observa une seconde fois son reflet : si la chemise blanche et le pantalon lui plaisaient bien, il ressentait une réelle aversion pour la veste noir qui paraissait 10 fois trop grandes pour lui. Il l’a retira, admit un sourire auprès des vendeurs leur confirmant l’achat afin de couper court aux emplettes qu’ils avaient toujours détesté.

De toute façon, ils n’iraient pas jusqu’au mariage songea-t-il. Et cette veste il ne l'a mettrait jamais...
S’il achetait ces vêtements c’était uniquement pour jouer le jeu, et piéger la wedding planneuse.
Vivement ! grogna-t-il intérieurement. Il en avait assez de jouer les amoureux transit avec une femme qui se mêlait de tout. Même s’il possédait une réelle sympathie pour Klara, sa manie de s’occuper de la vie des autres l’avait très vite agacé. Force était de constater, cependant que sur beaucoup de points, elle avait plutôt raison.

Toujours affublé de la chemise, il retira la veste puis sorti du magasin après avoir gratifié les vendeurs d’un sourire faussement reconnaissant.
Il rentra chez lui pour se changer en hate, mais garda cependant la chemise qui lui allait plutot bien. Il enfila un jean clair, un style un peu « à l’arrache » comme dirait les gars de la cité, pensa-t-il devant son miroir. Il scruta son visage marqué par les rides de fatigue, se demandant encore combien de temps Samia allait hanter ses nuits. Aucune femme ne l’avait autant troublé de toute son existence, de ses découvertes de jeunes adolescent qui apprenait l’amour, il n’avait jamais perdu autant pied qu’aujourd’hui, alors qu’il était un homme, un homme d’apparence fort, mais fragile avec une sensibilité d’écorché vif qu’il s’efforçait de cacher devant les autres. Il croisa son regard noisette dans le miroir où il y se prit de plein fouet toute sa propre tristesse. Envahi par une compassion qui lui était destiné, il senti son cœur se serrer, et sa gorge se nouer. L’homme désespéré qu’il croisait dans le miroir, c’était lui, il avait longtemps voulu l’ignorer. Il fallait mettre un terme à tout ca. Avec détermination, et imprudence peut être, il se décida a aller parler à Samia.

Lorsqu’il se retrouva a quelque rue de chez Samia, ses pas avaient incroyablement ralentit, et son élan avaient disparu, l’audace qui s’était emparé de lui quelque minute plus tôt, lui avait fait faux bond, le laissant impuissant. Il ne savait pas vraiment s’il devait continuer sa route, ou faire demi-tour. Une partie de lui lui disait de foncer, l’autre de tout arrêter. La fleur au bout du fusil, il se retrouva finalement, debout, penaud, devant la porte d’entrée de l’appartement. Un peu confus et désemparé, il attendit quelque seconde avant de se manifester tentant de gérer au mieux les sentiments contradictoires qui s’emparaient de lui. Fuir, c’est ce que voulaient ses jambes. Rester, c’est ce que voulait son cœur. Tremblant, il leva le bras et frappa …un coup timide…. Puis, un second coup, beaucoup plus habile.

Il entendit les pas de la jeune femme s’approcher, puis le bruit de la poignée résonné dans son esprit.
Jamais il n’avait eut aussi peur de se retrouver devant elle que ce jour là. Elle ouvrit la porte, et il ne manqua pas de constater l’étonnement qui se dessinait sur le visage de Samia. Elle aussi semblait troublée, voire paniquée, mais il n’en était pas certain. Il lui adressa d’abord un vague sourire timide avant de lui balancer un « salut » un peu nébuleux.

- Salut, répondit la voix douce de Samia, un peu sous le choc du tête à tête. Elle recula d’un pas, signifiant au brigadier d’entrer dans l’appartement. Referma la porte, en profitant de pousser un soupir, un soupir qui lui donnerait le courage d’affronter ses propres démons. C’était le moment, pensa-t-elle, en se retournant vers Boher et en croisant pour la première fois depuis des semaines, un véritable regard de sa part. Elle lui adressa un petit sourire, confuse, et lui indiqua de s’asseoir. Tu … tu voulais quelque chose ?

Prit un peu au dépourvu, ne sachant pas vraiment quoi dire, Boher considéra la première excuse qui lui passait par la tête.

- On va bientôt coincer la wedding planneuse, d’après Castelli, on devrait pouvoir la prendre en flag après demain.
- Heu… je sais… j’étais là quand Castelli nous en a parlé, fit-elle gênée, alors que Boher senti ses joues le bruler. Je te sers un lait ? demanda-t-elle pour faire oublier l’étourderie du jeune flic. Il acquiesça d’un sourire, s’injuriant intérieurement d’être complètement à coté de la plaque. Alors que Samia préparait un plateau en cuisine, où elle tentait de retrouver un rythme cardiaque a peu près normal, Boher posa son regard silencieux sur le roman qui n’avait pas bougé de la table basse, là où Klara l’avait délicatement posé la veille après en avoir consulter les principaux grand axes. Samia n’y avait plus touché, et n’avait pas daigné reprendre sa lecture là où elle l’avait laissé. Lorsqu’elle avait senti l’héroïne reprendre pied, et réussir là ou elle avait elle-même échoué elle s’était résolue a ne pas terminer sa lecture. Le monde qui s’était dressé a travers les mots incrustés dans le papier était très prenant, mais la conformité qu’elle avait pu retrouver avec sa propre histoire l’avait profondément anéanti. Elle refusait les similitudes qu’elle partageaient avec l’héroïne, un peu casse pied, mais qu’elle avait cependant apprit a aimer. Il retourna le livre après en avoir soigneusement admirer la première de couverture, puis parcouru en diagonale, le synopsis qui venait s’incruster sur le dos du roman où se résumait en quelque lignes la principale idée de l’histoire. Il ne jugea pas le résumé, puis s’arrêta sur le visage souriant du jeune auteur qu’il avait aperçu quelques jours plus tôt dans une émission de télé sur France 2, où il s’était investit avec allégresse dans un débat sur l’adaptation cinématographique des romans. Il avait écouté quelques minutes les propos intelligents des jeunes auteur, qui s’affrontaient avec véhémence a coup d’arguments plus ou moins convainquant, il regarda la photo du jeune homme qui avait finalement su se faire un nom dans le monde impitoyable de la nouvelle littérature. Boher s’avoua intérieurement que même si les histoires du jeunes auteur n’étaient pas celle dont il était le plus friant, force était de constater qu’il avait su se faire une place dans le cœur de la gente féminine. Certainement, constata-t-il avec jalousie, parce que cet homme avait su les comprendre… Boher salua le mérite puis déposa le livre.

- Tu l’as fini ce livre ? demanda-t-il sans trop réfléchir pour combler le mutisme qui devenait pesant. Elle se retourna et s’approcha le plateau à la main, d’un pas vif et délicat, qui plaisait beaucoup au jeune flic.

- Non pas vraiment… il me reste quelques chapitres… tu connais ?
- Non, enfin, j’en ai entendu parler comme tout le monde, répondit Boher avec un petit sourire.

Samia acquiesça d’un signe de tête puis tendit son verre de lait à Boher dans le plus grand calme, un peu perdue par ce qu’elle ressentait à ses cotés.

- Il faut que je te parle, firent-ils en cœur, avant de s’adresser un large sourire convaincu que cette bribes de complicité rerouvée était le début de quelque chose de meilleur…
Revenir en haut Aller en bas
minicalimero

avatar

Féminin
Age : 21
Localisation : toulon
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Jeu 8 Avr - 15:34

vouiiiiiii youpiiiiii
bon bah maintenet çavva s'arenger non? ils vont parler!, se faire des bisous!
euh jvai pterre unpeu vite, mais en gros c'est sa non?
la suiteeeeee
Revenir en haut Aller en bas
http://fond-d-ecran.forumactif.com/
amatxi
brigade de surveillance
brigade de surveillance
avatar

Féminin
Age : 64
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Jeu 8 Avr - 16:06

et alors ?...et alors ?... Very Happy


quand on est aimé on ne doute de rien ,quand on aime on doute de tout.
Revenir en haut Aller en bas
aphrodite
brigade de surveillance
brigade de surveillance
avatar

Féminin
Age : 44
Localisation : Val de Marne
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Jeu 8 Avr - 22:40

ils faut qu'ils se parlent, qu'ils explose l'apset pour que tout s'arrange entre eux

la suite


Revenir en haut Aller en bas
http://laromantique72.skyrock.com/
marion

avatar

Féminin
Age : 37
Localisation : la dreamroom du gd nord
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Jeu 8 Avr - 23:21

Mais parlez seulement !
Nous sommes toutes ouïes ! drunken


[i]L'amour dure autant que durent les reproches (prov arabe)
Quand on est aimé, on ne doute de rien. Quand on aime, on doute de tout (Colette)
Revenir en haut Aller en bas
lucky

avatar

Féminin
Age : 28
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Ven 9 Avr - 1:08

Ah et bien voilà un beau chapitre.
Samia n'a pas besoin de lire la fin de ce livre, en ne le lisant
pas, elle va créer sa propre histoire. Elle ne connait pas la
suite du livre, mais comme le lui a dit Klara avec un petit
sourire au coin des lèvres, tout fini bien dans le meilleur des
mondes. Tout comme la fin du livre, l'histoire d'amour entre
Boher et Samia va débuter et ils vont vivre heureux.
Bon, maintenant, il faut qu'ils se disent tout pour pouvoir
avancer et arrêter de souffrir. Ils s'aiment tout les deux.

Vivement la suite, j'adore.

bravo respe
Revenir en haut Aller en bas
Nanou

avatar

Féminin
Age : 59
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Lun 12 Avr - 12:06

toujours aussi bien
vivement la suite
respe


chouchou para sempre

Revenir en haut Aller en bas
Mary

avatar

Féminin
Age : 27
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Lun 12 Avr - 17:59

Bon la fin, elle est écrite depuis vendredi, mais j'avoue que j'ai beau, voir et revoir, et voir et revoir, j'en suis toujours pas satisfaite, je trouve que mes dialogues sont pas très fidèles a la réalité, disons que je les vois pas trop dire ca, mais on va faire avec, sinon, vous aurez jamais la fin avec moi Laughing

Entre ses doigts, Boher tenait fébrilement la tasse contenant son breuvage favoris : le lait. Un léger sourire s’était dessiné sur ses lèvres lorsque Samia lui avait tendu le mug arborant fièrement deux vaches laitières qui semblaient lui sourire avec une certaine complicité. Sur celui de Samia, Boher s’était amusé a y deviner une troisième vache, cette fois ci, qui souriait avec la force et la conviction, sans doute d’imiter la célèbre « vache qui rit ». En fait, ces deux mugs, qui semblaient être deux ustensiles sans importance, représentaient beaucoup pour Samia. Elle se souvenait encore du jour où Malik, qui revenant d’un voyage en Normandie, avait sorti le duo de son sac, emballé dans un papier cadeau maladroitement scotché, et les lui avait offert avec une certaine fierté. Cette époque où elle se partageait disputes et doux moments avec son frère lui manquait terriblement, mais elle devait l’avouer la douleur s’était atténué avec la présence du brigadier. Outre une valeur sentimentale, la jeune femme pensait souvent à Boher lorsqu’elle voyait les mug reposer dans le fond du placard. Depuis qu’elle fréquentait son collègue, elle avait l’incroyable manie de l’associer aux vaches laitières, ce qui leur avait valut pas mal de fous rires au commissariat. Le jeune homme fut très touché de l’attention envers cette complicité perdue, certes boire dans un mug exhibant deux vaches n’avait en réalité rien de réconciliant, mais pour lui c’était encourageant. Encore mal à l’aise, il déposa maladroitement le mug de lait sur la petite table tandis que Samia buvait une gorgée de son thé.

- Je… je suis pas très à l’aise ici, avoua Boher qui remuait comme un enfant dans le fauteuil en cuir noir.
- Tu veux qu’on sorte ? proposa Samia calmement, qui elle aussi était plus emballée pour une discussion extérieur.

Le jeune homme acquiesça d’un signe de tête. Ils marchèrent un long moment sur la corniche dans un mutisme presque funeste. Ils avaient commencé par évoquer maladroitement belle météo du jour, lorsque Samia avait finalement décidé d’enlever sa veste en jean, comme un sujet de secours pour éviter tout ce qui parlait d’eux. Cet après midi là, la corniche avait des allures de vacances, les touristes en moins. Le silence et la plénitude qui régnait leur faisait du bien, la vie Marseillaise était très dynamique, et le soleil très présent permettaient aux habitants d’aller paresser sur la plage des que les températures grimpaient. Un avant goût d’été qui leur avait très vite fait retrouver un peu de quiétude. Boher portait fièrement la belle chemise blanche qui étincelait sous les rayons vif du soleil, et faisait ressortir son teint a peine halé, cela suffisait pour lui donner des allures de prince charmant, ce qui n’avait d’ailleurs pas vraiment échappé a Samia lorsqu’elle avait surprit les regards féminins qui déviaient facilement sur le jeune flic. Elle ne savait pas vraiment s’il faisait exprès d’ignorer les pimbèches qui lui faisait de l’œil ou simplement s’il ne les voyait pas toujours est-il, qu’il ne leur accordait aucune attention.

- Alors… cette mission ? demanda maladroitement Samia, t’en penses quoi ?
Ils continuaient a marcher côte à côte sur le chemin qui bordait la longue plage. Etonné par la question, Boher ne savait trop quoi répondre. Que pouvait-il penser de cette mission ?
- Heu…. Et bien disons que ca change des infiltrations dans les groupuscules extrémistes, je t’avouerais que c’est tout de même plus plaisant et agréable, dit-il maladroitement avec un sourire avant de se rendre compte de sa bévue.

Samia ne put réprimer la peine que lui avait valu cette réponse, mais au fond, elle ne savait pas vraiment si elle s’attendait à autre chose. Un peu maladroite, trop fière, elle du s’avouer qu’elle n’arriverait jamais a rentrer dans le vif du sujet sans un petit coup de pouce du destin.

En s’approchant du ponton en bois qui surplombait la mer, Boher et Samia se stoppèrent pour admirer l’horizon, de l’autre coté, un autre continent, de l’autre coté, il y avait chez elle. Tout en gardant les yeux fixé sur l’horizon elle trouva un peu de force pour s’exprimer.

- Tu sais, je suis revenue parce que vous aviez raison mon père et toi, Yanis n’est pas quelqu’un pour moi.

Boher ne répondit rien, il savait Samia déjà très orgueilleuse, la voir reconnaitre ses erreurs était déjà un grand pas pour elle, pas la peine d’en rajouter avec des répliques de gros balourd comme il avait souvent su le faire.

- Et puis c’était bête de quitter Marseille comme ça, alors que j’ai tout construit ici…
Boher esquissa un sourire timide dont seul l’horizon avait pu profiter.
- Ces derniers mois, j’ai un peu perdu pieds, je savais pas où j’en étais…
- Moi non plus… avoua Boher d’une voix douce et compassionnelle.
- Et puis quand je t’ai vu faire ami-ami avec ce con de Tony, j’ai cru que je m’étais trompé sur toi…

Elle l’avait cru oui. Elle avait mit tellement de temps pour accepter d’éprouver plus que de l’amitié pour Boher, elle avait fini par accepté son changement, pour le voir finalement échangé a nouveau des propos raciste sur la place publique, il y a avait de quoi perdre les pédales. Mais ce n’était surement pas une raison pour se jeter dans les bras du premier mec un peu paumé qui se pointait pensa-t-elle.

- Tu aurais du me faire confiance, reprocha gentiment le jeune flic sans quitter des yeux un voilier qui allait bientôt se perdre à l’horizon.
- J’ai eu mal…
- Moi aussi j’ai eu mal lorsque tu es partis, rétorqua Boher un peu maladroitement, sur le ton du reproche qu’il n’avait pas vraiment prémédité. En réalité sans le vouloir, il senti la fureur envahir son corps, un amas de reproches destinés à la jeune femme semblaient faire du forcing pour se faufiler entre ses lèvres.

Samia aussi se sentie bouillir de l’intérieur, toutes ses semaines de sentiments refoulés semblaient vouloir se dévoiler au grand jour. Elle adopta un ton qui se fit plus sec, plus acerbe, plus agressif en réponse au ton accusateur de Boher.

- N’importe quoi, fit elle, la phrase aussi courte que puérile avait été sa seule arme de réponse, car en réalité c’est ce qu’elle avait toujours pensé, depuis qu’elle était revenue à Marseille Boher ne lui avait montré presque aucun interet, et c’est ce comportement détaché qui l’avait pousser à croire qu’il ne l’avait jamais aimé, ou du moins pas assez pour la retenir dans sa vie. Elle avait eut tord !

Face à la provocation de la jeune femme, Boher ne put retenir sa colère, sa voix montant crescendo titubant entre le désespoir, l’amour et le reproche.

- Alors c’est ce que tu crois ? Tu ne te rend même pas compte de ce que j’ai pu ressentir lorsque j’ai su que tu étais sur ce bateau… lorsque si longtemps espérer te voir apparaitre quelque part au détour d’une rue espérant secrètement que tu ne sois pas monté sur ce putain de bateau ! Tu veux savoir ce que j’ai ressenti, lorsque tu es partie comme ça, sans venir me dire au revoir, comme si toi et moi on avait rien vécu ? Ou encore ce que j’ai ressenti quand j’ai compris que tu avais décidé de construire ta vie avec un autre homme que moi ? Que j’ai du me faire à l’idée que tu étais heureuse avec lui, que je n’avais pas su te retenir, et que je ne te reverrais jamais ? Aujourd’hui tu n’as pas le droit de me dire que je me fiche de toi ! hurla-t-il alors que quelques passant s’arrêtaient pour les regarder avec une certaine complaisance malsaine.

- Alors pourquoi tu m’as laissé partir ? hurla Samia avec colère et accusation.
Certain passant étaient partis laissant les deux amoureux a leur querelles alors que d’autres émus par la scène semblaient un peu trop captivés.

- Pourquoi je t’ai laissé partir ? hurla Boher furieux par le reproche de la jeune femme.
- Oui, tempêta la jeune femme qui se tenait a présent droite comme un « i », le regard assuré dans les yeux de Boher.
- Parce que je t’aime… hurla-t-il.

Un long silence marqua la déclaration soudaine de Boher qu’il n’avait même pas contrôlé, seul le chant de quelques mouettes venaient se mêlé aux soupirs charmé de spectatrices qui semblaient attendre avec impatience les réconciliations de deux amants comme les comédies romantiques qu’elles se plaisaient a regarder le dimanche après midi.

Samia ne savait plus quoi dire, lorsqu’il avait prononcé ses mots, elle s’était à la fois sentie triste, et heureuse. Son cœur s’était mit à battre à une allure difficilement contrôlable, et elle avait immédiatement baisser la tête, comprenant a quel point elle les avait fait souffrir tout les deux.

Le jeune flic tenta de reprendre ses esprits lui-même étonné par la soudaineté de sa révélation.

- Quand tu m’as dis que tu l’aimais, tu peux pas savoir comme ca m’a fait mal… Mais ton bonheur était avec lui, et je devais accepter de t’avoir perdu…
Samia releva la tête, émue, les yeux embués de larmes, elle regarda le jeune homme, et se senti étouffé par une culpabilité qu’elle avait eu bien du mal a s’avouer, il fallait mettre sa fierté de coté…

- Quand je suis monté sur le Ferry, ce matin là, la seule personne a qui je pensais c’était à toi… J’ai longtemps espérer avant l’embarquement te voir surgir de je ne savais trop où, avoua-t-elle en souriant prenant conscience de l’absurdité de cette éspérance qui n’existait surement que dans les films… Pendant que le bateau s’éloignait je regardais le quai espérant voir apparaitre ta silhouette quelque part et que tu me demanderais de rester avec toi…

- Comment voulais-tu que je sache ça ? demanda Boher qui s’était fait doux, en passant une main délicate sur la joue de la jeune femme. Je croyais t’avoir perdu, ce que je voulais c’était ton bonheur…

Samia acquiesça d’un hochement de la tête, les yeux encore pleins de larmes. Le quiproquos qui les avaient fait souffrir pendant des semaines avait été percé à jour.

Boher élança une main devant Samia. La jeune femme étonnée leva la tête vers lui, et lui jeta un regard interrogatif.

- On fait la paix ? fit le jeune homme avec humour, Samia ne lui prit pas la main, elle s’approcha de lui avec délicatesse et l’enlaça très fort, elle enfouit sa tête dans le creux de sa nuque, heureuse de retrouver ce qu’elle avait perdu.
- Il faut que je te dise, s’écria-t-elle brutalement en reculant.
Boher l’a regarda étonné se demandant ce qui pouvait causé chez elle tant d’exaltation.
- Moi aussi, je t’aime…

Il lui adressa un sourire tendre, alors qu’il admirait ses joues rougirent par la déclaration qu’elle venait de faire. Sous l’acclamation d’un public un peu trop curieux qui demandait son reste, Boher se pencha vers la jeune femme pour l’embrasser, d’abord doucement, puis plus fougueusement encore…

Quelques jours plus tard, la wedding planneuse a enfin pu être arrêté. Quant à Klara heureuse de voir que Boher et Samia s’étaient retrouvé elle était finalement retourné à Paris, où, là, songea-t-elle, d’autres belles missions l’attendaient…


Revenir en haut Aller en bas
lucky

avatar

Féminin
Age : 28
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Mar 13 Avr - 2:06

Ah, c'était une magnifique fin.
Enfin Samia et Boher se sont mis à nu,
ils se sont avoués chacun leur tour ce qui les avait
blessé, puis enfin ils se sont dis "je t'aime" sous
les acclamations d'une foule en délire.

C'était une très belle fic, j'ai hâte de te lire
à nouveau.

bravo respe
Revenir en haut Aller en bas
Nanou

avatar

Féminin
Age : 59
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Mar 13 Avr - 13:07

j'ai adorer ta fic j'espère qu'une autre te
trotte dans la tête et que bien vite tu nous ferras le plaisir de la partager avec nous
bravo bisou


chouchou para sempre

Revenir en haut Aller en bas
Clémentine

avatar

Féminin
Age : 34
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Mar 13 Avr - 13:36

Il a tout de même fallu qu'ils se disputent pour que l'un des deux avouent à l'autre qu'il l'aime...

Ah ! ces Samia et Boher...

J'adore... dommage que ce soit déjà la fin...

Vivement une procheine fic....
Revenir en haut Aller en bas
minicalimero

avatar

Féminin
Age : 21
Localisation : toulon
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Mar 13 Avr - 14:46

j'adore la déclaration, se dire je t'aime en hurlant c'est pas banal lol! sa se trouve on aura le droit a ça dans la serie, enfin je l'espere!
j'ai beaucoup aimé ta fic, une trés belle fic qu ej'aurai aimé voir dans ma télé!
au plaisir de te relire trés vite...
Revenir en haut Aller en bas
http://fond-d-ecran.forumactif.com/
amatxi
brigade de surveillance
brigade de surveillance
avatar

Féminin
Age : 64
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Mar 13 Avr - 16:22

ça se termine comme un conte de fée ....
c'est trés agréable , merci bravo

si tu veux en ecrire une autre histoire ...je suis pour Very Happy


quand on est aimé on ne doute de rien ,quand on aime on doute de tout.
Revenir en haut Aller en bas
marion

avatar

Féminin
Age : 37
Localisation : la dreamroom du gd nord
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Mer 14 Avr - 1:09

Mary, mille excuses, j'ai dévoré toute ta fic, j'ai lu la fin avec un petit sourire aux lèvres et j'ai oublié de poster un commentaire de remerciement.
bravo et MERCI pour cette fic si sunny . Une Nassri jalouse, il n'y a que comme ça qu'elle comprend réellement les sentiments qu'elle éprouve pour lui.
Un seul souhait : c'est qd la suivante ? Bientôt j'espère


[i]L'amour dure autant que durent les reproches (prov arabe)
Quand on est aimé, on ne doute de rien. Quand on aime, on doute de tout (Colette)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Sam 17 Avr - 22:55

J'ai adoré ta fic, bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Vicky

avatar

Féminin
Age : 24
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Lun 19 Avr - 20:21

J'ai adoré, une des meilleurs que j'ai lu.




Vicky, alias Mlle-Victoire
Revenir en haut Aller en bas
Isa



Féminin
Age : 49
Localisation : quelque part dans l'ouest
Date d'inscription : 06/12/2008

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Lun 19 Avr - 21:06

salut,
ta fic était du tonnerre ! pleine de fraîcheur, bien écrite. Vivement la prochaine ! Trop trop bien !
Revenir en haut Aller en bas
bohersamia89

avatar

Féminin
Age : 30
Date d'inscription : 29/12/2010

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Ven 11 Fév - 15:24

jadore ta fic du début a la fin cetait super boh'




en amour il faut vivre avec des remords qu'avec des regrets!!!

On n'apprend pas à aimer.
L'amour vient au détour du chemin sans que l'on s'y attende.
Il nous prend par la main et on le suit très loin..[
Revenir en haut Aller en bas
appassionato



Féminin
Age : 28
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Mer 30 Mai - 9:21

Genial ta fic ! Dommage que c'est déja fini.c'etait vraiment très bien ecrit.
J'espere que tu ecriras d'autres fic Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
bea072



Féminin
Age : 52
Date d'inscription : 26/11/2012

MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   Sam 8 Déc - 20:54

J'ai adoré
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solitude nocturne -Finie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Solitude nocturne -Finie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Solitude nocturne -Finie
» La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano
» Rêverie nocturne
» Nocturne des Coteaux de la Citadelle - Liège - 3 octobre 2009
» Sériephile : vos grands moments de solitude.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boh'Girls'Team :: Boh'furcations :: A vos plumes !!! :: Et ils vécurent heureux :: mary-
Sauter vers: