Boh'Girls'Team
Bienvenue sur le forum des Boh'girls ! Boh'ne visite !


Boh'Girl un jour ~ Boh'Girl toujours
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 10 minutes pour te l'avouer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Mary

avatar

Féminin
Age : 27
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: 10 minutes pour te l'avouer...   Mar 13 Avr - 15:06

Coucou à toute Wink
Comme j'ai fini ma précédente fiction, j'ai décidé d'en faire une autre, enfin c'est surtout que j'ai eu un petit déclic ce matin, une phrase m'est venu en mettant le pied par terre, je ne sais par quelle miracle scratch enfin on s'en fout un peu.... Cette fiction, est un peu (mais juste un peu) dans la même lignée que l'une de mes précédentes fiction "48 heures pour s'aimer", je ne garantis pas une partie par jour parce que c'est un peu compliqué la structure que je voulais faire et rien que le prologue je me suis déjà perdue lol! Ca fait plus d'une heure trente que j'y suis pour écrire quelques malheureuse lignes

PROLOGUE


«Telle est la vie, tomber trois fois et se relever quatre»…C’est par cette citation que je commençais mon discours ce matin de juin, où un soleil funeste venait bruler la peau de ceux qui avaient consenti d’être là pour dire adieu a un être qu’ils avaient tous aimé et côtoyé. Devant cette foule en larme, ces amis et proches affligés de constater a quel point la vie était éphémère, je sentais ma gorge se serrer… J’avais prononcé ces mots avec une fragilité déconcertante, une impassibilité qui montrait a quel point je détestais la vie. Un élan de haine et de mépris s’était emparé de moi. Ce jour là, je méprisais la vie, autant que je méprisais la mort…

****

«Telle est la vie, tomber trois fois et se relever quatre»…Lorsque je prononçais ces mots, qui avait déclenché le mutisme total qui régnait dans la salle, je ne savais pas encore qu’ils allaient changé mon destin à jamais… Je me souviens encore, d’une petite fille que j’avais croisé quelques semaines auparavant sur une plage de Marseille, et qui, avec toute son insouciance m’avait demandé si je croyais aux anges… A ce moment là, je ne savais pas vraiment quoi répondre, et je ne savais rien du destin qui m’attendais… Croyez vous aux anges ? Je ne savais pas vraiment si des petits être avec une auréoles au dessus de la tête et munis de deux ailes blanches flottaient au dessus de mon toit, mais ce dont j’étais sur c’est qu’on avait parfois la chance de rencontrer quelqu’un qui allait changer notre vie et son sens à tout jamais. Et j’avais eu cette chance…

****

« Telle est la vie, tomber trois fois et se relever quatre» …Je dois vous l’avouer sans pudeur, je ne comprenais pas vraiment le sens de cette phrase qui sortait de ma bouche. J’étais obnubilé par les visages tristes et renfrognés de tout ces gens qui s’étaient réunis un jour pour partager la tristesse et le deuil. Mais je le savais, il ne me suffirait pas d’un jour pour me remettre de ce que la vie m’infligeait…

****

« Telle est la vie, tomber trois fois et se relever quatre»…Les quelques mots gravés sur le papier firent écho dans mon esprit, ce matin là, lorsque j’avais saisi mon roman de chevet pour en finir le dernier chapitre. Je ne savais pas vraiment où l’auteur voulait en venir, mais ce que je comprenais c’est que cette phrase n’étais pas anodine…




Dernière édition par Mary le Mar 27 Avr - 11:58, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
minicalimero

avatar

Féminin
Age : 21
Localisation : toulon
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mar 13 Avr - 15:12

bon moi pas totu comprendre, si j'ai bien comprit quelquun est mort, non?
une tite suite, je pense me serait bénéfique pour mieu comprendre
hate de la découvrirs!
Revenir en haut Aller en bas
http://fond-d-ecran.forumactif.com/
tit bolide
Les gardiennes du forum
Les gardiennes du forum
avatar

Féminin
Age : 33
Localisation : au fin fond de ma campagne haute-marnaise
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mar 13 Avr - 16:51

moi si j'ai bien comprit c'est dans le roman que quelqu'un est mort
la suiteeeuhh


a un peu oublier le "and" sur l'adresse du forum dans mon tampom lol
Revenir en haut Aller en bas
Mary

avatar

Féminin
Age : 27
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mar 13 Avr - 18:01

Allez petite suite !!! Vous comprendrez mieux tout ce bazard dans les chapitres a venir lol!

Mardi 1er juin 2010 – Marseille – 09h35

Cela faisait maintenant quelques mois que Yanis était mort. Grâce au soutien que lui avait apporté Boher, Samia avait réussi a retrouver le sourire mais aussi la confiance dans son métier de flic. Très vite, elle s’était rendu compte que malgré la peine que lui avait procuré la mort de Yanis, elle n’était pas vraiment tombé amoureuse de lui. Lorsqu’elle avait reprit le travail, elle avait pu compter sur Boher qui lui manifestait son soutien a chaque heure de la journée. Il était là pour elle. Elle se sentait en sécurité. En réalité, elle avait vite compris que ses sentiments pour le jeune flic ne s’étaient pas estompés, bien au contraire, aujourd’hui ils étaient plus fort. Son orgueil, sans doute mal placé l’avait empêché de faire le premier pas vers Boher, et elle savait qu’il ne le ferait pas. Certainement pas après ce qu’elle lui avait fait vivre.
De longues nuits, alors que le sommeil se faisait difficile, elle se remémorait tout ce que Boher avait fait pour elle depuis qu’elle le connaissait. Certes, ils ne s’étaient pas toujours adoré, loin de là, mais il avait toujours été là pour la protéger. La sécurité et la sureté dont il avait fait preuve a son égard était sans aucun doute les témoins de son amour profond pour elle. Aujourd’hui, elle pensait avec trop de naïveté, que près de lui, il ne pouvait rien lui arriver…

Lorsqu’elle passa le pas de la porte du commissariat ce matin là, c’est avec un sourire radieux qu’elle salua ses collègues. Elle s’approcha avec enthousiasme du bureau de Boher qui semblait plongé dans le travail.

- Bonjour, fit la voix enjoué de Samia.

Boher leva la tête a adressa à la jeune femme un large sourire, non mécontent de la voir heureuse.
- Bonjour !

Après avoir discuté un peu de sujet spontané, Samia se rendit dans les vestiaires afin de revêtir son uniforme.

- Samia, il y a une urgence !!! On doit partir tout de suite sur le terrain, il y a eu un braquage dans un bar-tabac, fit Léo en urgence.

Un braquage ! Depuis qu’elle était devenue flic, les interventions sur des braquages étaient devenue monnaies courante et elle devait avouer que la montée d’adrénaline qui s’inspirait d’elle a ses débuts lors des interventions sur les terrains, avait disparu avec le temps…Le métier de flic n’était certainement pas aussi palpitant qu’on pouvait le voir dans les séries, mais ce métier suffisait a la rendre heureuse.


Devant le bar-tabac, où quelques clients paniqués avaient été pris en otage, quelques voitures civiles venaient de faire leur apparitions. Dans une d’entre elle Boher et Samia attendaient que la voix de leur supérieur filtre les talkies-walkies.

- 3 hommes munis de Glock17 basic ! – fit la voix grésillant a travers le talkie-walkie, personne n’intervient tant qu’on en a pas donné l’ordre…
- Rien que ca … souffla Samia déconcerté par la situation.

Boher senti son cœur se serrer, il ne savait pas réellement pourquoi, ses mains devinrent moites et sa respiration s’accéléra… Il avait un mauvais pressentiment.

- Equipe 2, et 3 en embuscade, continua de grésiller la voix a travers le talkie-walkie.
- C’est nous, fit Samia en sortant son arme et s’apprêtant a ouvrir la portière, lorsque subitement il lui attrapa le bras, pour l’empêcher de sortir. Elle lui adressa un regard à la fois interrogatif et oppressant.
- Reste là … supplia la voix de Boher. Il n’avait jamais eut aussi peur que maintenant. Et jamais pendant une intervention il n’avait empêché Samia de faire son métier, pourtant a cet instant, il savait… Samia ne devait pas sortir de cette voiture.

La voix crépitant coupa court a toute interrogation, sans qu’il ne puisse rien faire Samia sorti de la voiture, il fit de même la mort dans l’âme alors que deux de leur collègue s’approchaient.
A présent les quatre flics formaient le guet-apens…

L’homme cagoulé sorti brusquement du bar-tabac, armé de son Glock17, toujours chargé.
- Personne ne bouge, ou je tire ! hurla le type dont la voix rauque créait l’affolement dans la rue. Les passants s’étaient enfuis, il ne restait plus que les 4 flics planqués derrière leur voiture, et quelques collègues planqués un peu plus loin dans la rue.
Personne ne savait réellement comment tout cela allait finir, lorsqu’un deuxième malfaiteur sorti, le pistolet sur la tempe d’un petit garçon qui ne devait pas avoir plus de 10 ans…
- Montrez-vous, hurla l’homme, Montrez-vous, ou je le bute !

La mort dans l’âme les quatre flics s’exécutèrent, la main sur leur arme.

- Alertes a toutes les équipes, ne faite pas ça… vous n’êtes pas sécurisés… articula la voix grésillante et dépassée du talkie-walkie, dans le vide.

Ce qui semblait être une embuscade de routine prenait des allures de cauchemars. De nouvelles équipes devraient débarquer, en attendant, il fallait tout faire pour apaiser la situation. La vie d’un petit garçon de 10 ans était en jeu. Lorsqu’elle croisa le regard du jeune garçon, Samia senti son cœur se serrer, l’appel au secours qu’elle lisait clairement dans ses pupilles noirs, lui signifiait tout ce qu’il attendait d’elle. Son dernier espoir c’était eux…

- Il faut faire quelque chose… marmonna Samia juste assez fort pour que Boher l’entende.

Boher fut prit de palpitations douloureuses, ses jambes se mirent a trembler, et pour la première fois de toute sa vie, il avait peur. La vue des Glock17 des malfaiteurs, lui donnaient la nausée.

- Tu fais rien Samia, annonça Boher d’une voix presque agressive, en se sentant oppréssé et impuissant.

Mais la jeune femme qui n’en faisait qu’a sa tête, sorti son arme discrètement sans que Boher ne s’en aperçoivent, elle fit un pas en avant.

- Vous ne tuerez pas ce petit garçon… personne n’est assez cruel pour faire ca … pas vous … j’en suis sure… fit la voix charmeuse et rassurante de Samia. Ce n’était plus la flic qui parlait, mais la femme. Sa question prenait des allures de reproches et de leçons de morales qui ne semblaient pas vraiment plaire aux malfaiteurs.
- Ta gueules, ou je tire… menaça l’un des deux hommes.
- Vous n’êtes …
Samia n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’un coup de feu était parti. Sous les cris affolés des otages qui assistaient à la scène, son corps s’effondra sur le sol dans un bruit sourd, sous les yeux apeurés de Boher, qui se jeta a ses pieds, alors que les 3 malfaiteurs prenaient la fuite.


- SAMIA, SAMIA, réponds-moi, cria Boher, paniqué, en lui tenant la main avec fermeté.
- Je…. Jean-Paul… la voix faible de Samia résonna dans l’esprit de Boher comme un boomerang. Il senti la rage et la colère monter en lui.
- Pourquoi tu ne m’as pas écouté, fit-il d’une voix teintée de reproches.
- Je…veux que tu saches que … merci...la voix faible de Samia s’éteignit alors qu’on entendait au loin les sirènes des secours.
- Samia, parles, continues de parler… supplia le jeune flic, dont une larme coulait sur le visage... Je t'en prie, cria Boher en secourant délicatement le visage de Samia.
Son visage se crispa sous la douleur alors qu’elle n’arrivait plus a prononcer un seul mot. Elle intensifia de ses dernières forces l'etreinte de la main protectrice de Boher dans la sienne, puis d'un seule coup, lacha prise.

Boher n’eut pas le temps de comprendre ce qu’il se passait, que les ambulanciers le bousculèrent pour atteindre la jeune femme.

Pendant 10 longues minutes, les 10 plus longues minutes de sa vie, les secours essayèrent de réanimer la jeune femme… en vain.


Revenir en haut Aller en bas
minicalimero

avatar

Féminin
Age : 21
Localisation : toulon
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mar 13 Avr - 19:01

ahhhhh mais je comprend mieu maintenent!!!
les 10 min a la fin, d'ou le titre n'est ce pas?
mais samia va etre auver in extremis non?
en tout cas e l'espere!!!
j'aime ebacuoup ta fic!
c'est une histoire trés touchante je trouve!
j'aurau tellement aimé voir un boher comme sa quand samia s'est prise une balle, mais il y avait maliok, et dylan a arreter, dommage..
j'ai hate de découvrir la suite
merci et bravo!
Revenir en haut Aller en bas
http://fond-d-ecran.forumactif.com/
tit bolide
Les gardiennes du forum
Les gardiennes du forum
avatar

Féminin
Age : 33
Localisation : au fin fond de ma campagne haute-marnaise
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mar 13 Avr - 19:22

ahhhh reviens ici toute suite non mais ohh lol
la suiteuhh


a un peu oublier le "and" sur l'adresse du forum dans mon tampom lol
Revenir en haut Aller en bas
lucky

avatar

Féminin
Age : 28
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 1:10

Ah, voilà encore une fic très passionnante.
Le début est déjà très prenant, Boher,
le savait qu'il allait se passer quelque chose.

J'ai hâte de lire la suite, j'aime beaucoup déjà.

bravo
Revenir en haut Aller en bas
Nanou

avatar

Féminin
Age : 59
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 10:43

sans voix ou plus exactement
sans mot pour te dire combien je
l'aime déjà ta fic
bisou


chouchou para sempre

Revenir en haut Aller en bas
Clémentine

avatar

Féminin
Age : 34
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 13:30

Mais, mais Samia n'est pas morte hein ?

ça me plaît déjà...

Vivement la suite...



suite
Revenir en haut Aller en bas
Mary

avatar

Féminin
Age : 27
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 15:19

Minicaliméro c'est ca, les 10 minutes à la fin en référence au titre Wink

Voici petite suite, éprouvante a écrire, et difficil de mettre des mots sur ce genre de sentiment Sad

Mardi 1 juin 2010 -Marseille -22h35

C’était son 3ème verres. Assis à une table niché dans un coin du vieux bar qui bordait la grande plage, Boher complètement consterné semblait noyer son chagrin dans quelques verres de whisky qui ne lui réussissait pas. Son regard vide plongé dans le liquide légèrement brunâtre témoignait de son manque d’enthousiasme pour continuer à vivre. La serveuse avait d’abord rechigné a lui servir un 3eme verre de Whisky lorsqu’elle avait constaté l’état déplorable dans lequel était Boher, mais elle avait du renoncer lorsqu’il l’avait menacé de son insigne de Police. Elle avait souvent l’habitude de voir des hommes éméchés, souls, et complètement ivre, mais ce soir là, elle ne cacha pas son pincement au cœur lorsqu’elle lisait sur le visage de Boher toute sa détresse.

Les yeux rivés dans son verre a moitié vide, Boher ne se sentait plus la force de continuer quoique ce soit, la seule chose dont il avait envie, c’était boire, boire pour oublier…

- La boisson, c’est pas une solution Boher…il leva ses yeux vides et croisa le regard compatissant et triste de Léo. Cela faisait quelque heures déjà que le capitaine faisait tout les bars pour trouver le jeune homme.
- Laissez-moi… vociféra le jeune flic.
Léo prit le verre avec violence et le mit sur une table a coté, alors qu’il s’installa devant Boher. Ils restèrent un moment dans un silence funeste. Léo lisant sur le visage du brigadier tout son désarroi.
- Allez-vous en… reprit Boher avec agressivité.
- Je vous laisserai pas seul…
- Allez vous en je vous dis, je veux pas vous parlez, ni a vous, ni a personne… laissez moi boire !
- L’alcool ca résoudra rien à votre problème… exprima Léo avec désolation. Lui aussi était terriblement accablée par la mort de Samia. Il l’a connaissait depuis tellement longtemps, l’avait vu grandir, faire ses premiers pas dans la Police, et n’avait pas su l’a protéger, elle était morte sous ses yeux, et il n’avait rien pu faire.
- Qu’est ce que vous en savez vous ? beugla Boher, dont la voix enivré résonna dans la salle.

- J’ai été dans le même cas que vous Boher… je sais ce que vous vivez, et je sais aussi, que l’alcool ne vous mènera à rien, au contraire, ce sera pire…
- Vous comprenez pas ce que je vis pour me dire ça… j’ai pas envie de m’en sortir, compris ?

Boher soul, tanguait faiblement sur sa chaise, et le regard noir et vide qu’il avait adressé a Léo, était porteur de tout son mépris pour la vie. Léo savait mieux que personne ce que ressentait Boher, le poids lourd de la culpabilité, le manque de celle qu’il aimait, l’envie de boire sans jamais s’arrêter, puis celle de mourir. Il connaissait les symptômes par coeur pour les avoir vécus lui aussi, un tourbillon infernal dans lequel il est bien difficil de s'en sortir seul, et il était tombé trop bas après la mort de Carole, pour laisser Boher en faire autant.

- Ca vous amuse de me voir tomber plus bas que terre peut être, ironisa Boher sous l’effet de l’alcool et du désespoir.

- Ca suffit Boher ! s’indigna Léo avec fermeté. Je sais mieux que personne ce que vous vivez, il y a quelques années j’étais a cette place là moi aussi… Après la mort de ma femme, j’ai sombré dans l’alcool, et la solitude a tel point que j’en devenais infecte avec ceux qui tentaient de me venir en aide, j’ai refusé leur aide, et ils avaient toutes les raisons du monde de me laisser crever comme un rat lorsque je les suppliait de me laisser seul, mais ils ne l’ont pas fait. Et moi je vous laisserais pas faire… hurla le Capitaine

- Elle est morte… souffla Boher la voix serrée… elle est morte… répéta-t-il, alors que les larmes coulaient sur son visage. C'était comme s'il prenait conscience de ce qu'il se passait.

Pendant toute cette journée, abasourdi par la nouvelle, Boher ne s’était pas résolu à s’avouer la mort de la femme qu’il aimait. Il revoyait encore son corps inerte allongé sur le bitume, le sang qui coulait doucement et cruellement de sa plait, ressentait encore la puissance de sa main dans la sienne avant que son cœur ne s’arrête de battre, et le « merci » qu’elle avait prononcé dans un dernier souffle revenait sans cesse a ses oreilles comme un chant insupportablement funeste. Déjà le manque d’elle se faisait trop présent, l’idée de ne plus l’a revoir lui était insoutenable… complètement désemparé il se laissa aller aux larmes se demandant comment il ferait face à la disparition si soudaine de celle qu’il aimait.
- Je n’ai… même pas pu lui dire ce que je ressentais pour elle… avoua Boher la voix gorgée de larme… J’étais là, je… je savais qu’elle ne devait pas sortir de cette voiture, je le sentais, et je l’ai laissé faire…pourquoi ? Pourquoi elle ? demanda Boher dont la voix souffrante toucha Léo.
Léo ne répondit rien, lui aussi a cet instant prenait conscience de la douloureuse réalité qui s'imposait à lui. Pourquoi l'être humain rejetait sans cesse ce qu'il ne pouvait supporter, la mort de Samia ne lui semblait pas possible pourtant elle était bien réelle . La terrible réalité avait foudroyé la vie d’ une jeune femme pleine de vie et heureuse dont l’avenir était prometteur. Sous le choc, ils restèrent un long moment dans le silence ce soir là, cherchant au fond d’eux la force qui leur permettrait d’avancer… Boher avait beau essayer, il ne trouvait rien.


Revenir en haut Aller en bas
Nanou

avatar

Féminin
Age : 59
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 17:06

C'est triste pauvre chouchou
suite


chouchou para sempre

Revenir en haut Aller en bas
minicalimero

avatar

Féminin
Age : 21
Localisation : toulon
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 17:11

ta vu jui forte hien lol!
bon dis moi si samia est morte, tu fait coment le faite qu'elle résuscite, bah voui faut bien qu'elle resuscite non?
roo chouchou, éctoute oncle benjamin, hein Samia ell va revindue, dou je sais pas, mais elle reviendue!.
la suiteeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
http://fond-d-ecran.forumactif.com/
tit bolide
Les gardiennes du forum
Les gardiennes du forum
avatar

Féminin
Age : 33
Localisation : au fin fond de ma campagne haute-marnaise
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 17:40

rooor c'est boh' mais tristeeuhh


a un peu oublier le "and" sur l'adresse du forum dans mon tampom lol
Revenir en haut Aller en bas
Mary

avatar

Féminin
Age : 27
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 19:28

C'est déroutant cette histoire, je m'y perds toute seule, aller petite partie, peut être que certain d'entre vous feront tilt en la lisant, peut être pas... a voir lol!


Vendredi 4 juin – Marseille – 11h00 -


Ce matin là, alors que le soleil brillait de mille éclat, la foule toute vêtue de noir parcourait la rue dans un mutisme sinistre. Le cortège, plongé dans une tristesse imperméable progressait difficilement. Pour cette triste occasion, de nombreux habitant du Mistral était venu rendre hommage a celle qu’ils avaient juste croiser pour certain, qui avait été leur amie pour d’autre… Alors que les larmes coulaient sur les visages des habitants, Boher en tête du cortège accompagné d’Abdel, et de la famille proche de Samia était complètement impassible. Sa progression était lente et fragile, son visage marqué par la fatigue, et son terrible silence reflétait son désespoir. Tenant fébrilement une rose blanche dans sa main gauche, il gardait les yeux rivés vers l’objectif : l’église. Chaque pas était pour lui devenu plus pénible, plus lourd. Il se refusait de lui dire adieu. Pendant les 3 horribles jours qui avaient suivit le décès de Samia, Boher était resté enfermé chez lui ruminant, espérant de toute ses forces se réveiller de cet impétueux cauchemar. L’incroyable fatalité qui s’imposait à lui était un fardeau trop lourd à porter, trop soudain, trop brutal pour espérer quoique ce soit de la vie. Aujourd’hui, peu lui importait la différence entre la vie et la mort, car sans elle il ne vivait plus. Une parti de son être était parti ce matin là, lorsqu’elle avait laissé sa main froide dans la sienne. Le poids de la culpabilité trop lourd à porter, la sensation d’un acte manqué, lui avait fait comprendre toutes ses erreurs. Toutes ces peurs, toutes ses craintes d’avouer ses sentiments n’étaient finalement rien a coté de ce que lui avait réservé son destin, la vie ne tenait qu’a un fil… et ses regrets il les porterait jusqu’à sa mort.



« Telle est la vie, tomber trois fois et se relever quatre»…C’est par cette citation que je commençais mon discours ce matin de juin, où un soleil funeste venait bruler la peau de ceux qui avaient consenti d’être là pour dire adieu a un être qu’ils avaient tous aimé et côtoyé. Devant cette foule en larme, ces amis et proches affligés de constater a quel point la vie était éphémère, je sentais ma gorge se serrer… J’avais prononcé ces mots avec une fragilité déconcertante, une impassibilité qui montrait a quel point je détestais la vie. Un élan de haine et de mépris s’était emparé de moi. Ce jour là, je méprisais la vie, autant que je méprisais la mort…


Boher n’avait pas souhaité assisté à l’inhumation, après son discours il était sorti en hâte sans rester pour les salutations et condoléances.
Sur le sable d’une petite plage abandonné, il scruta l’horizon à la recherche d’un quelconque signe du destin. Seul un couple d’oiseaux semblaient venir le narguer d’un bonheur, surement éphémère. Le ciel bleu, et la mer calme était propice a un moment de joie auquel il ne souhaitait même plus goûter, il était malheureux et il s’en contenterait. Loin d’elle, il se refusait à présent de gouter au bonheur…

Trop peiné, il n’avait pas vu la fine et frêle silhouette qui se dessinait derrière lui.

- Bonjour.

La voix douce et angélique le fit d’abord sursauter, puis il se retourna. Avec stupeur, il découvrit le visage céleste d’une petite fille d’a peine 9 ans. Son sourire timide et son regard insouciant ne suffirent pas à le rendre plus heureux, mais il lisait sur le visage de la jolie tête blonde une expression qu’il n’avait jamais lu chez aucun adulte, une expression de compassion sincère et réelle.

- Bonjour, répondit-il d’une voix douce mais très faible.

La petite fille toute vétue de blanc, s’approche de Boher et vint s’asseoir pres de lui. Elle se préta au jeu fixant avec insistance l’horizon comme à la recherche de quelque chose. Boher resta muet. Après un long silence qui fut paisible, mais douloureux pour le jeune flic, la voix harmonieuse et enfantile de la petite blonde s’exprime.

- Est-ce que vous croyez aux anges ?

Surprit par la question, de circonstance, Boher ne répondit pas, mais la petite fille le fixait avec insistance, et la réponse à cette question lui semblait importante.

- Je… je ne sais pas… répondit Boher avec une voix frêle et larmoyante. Je ne me suis jamais posé la question…
- Tout le monde s’est déjà posé la question, remarqua la petite fille.
- Et toi qu’en penses-tu ? demanda Boher qui se prit au jeu. Même s’il ne voulait pas se l’avouer, la réponse de la petite fille était pour lui d’une grande importance
- Ma grand-mère me dit souvent qu’il suffit juste d’y croire…
- C’est difficile parfois… lâcha Boher en pensant à ce que lu avait réservé son destin.
- Je crois oui… enfin je ne sais pas… mais elle me dit aussi que parfois certain anges sont envoyé sur Terre pour remplir certaines missions, elle m’a même dit que certains pouvaient nous donner une énième chance…
- Ah bon, elle t’as dit ça ? demanda doucement Boher en entrant dans le jeu gentillet de la petite fille pour ne pas la contredire. Il s’avoua que la présence de cette tête blonde le réconfortait un petit peu. Ou sont tes parents ?
- Mes parents son morts… fit la petite fille d’une voix normale et douce. C’est ma grand-mère qui s’occupe de moi…
Boher lui adressa un regard compatissant, elle lui répondit d’un sourire léger.
- Ma grand-mère doit m’attendre… au revoir Monsieur, fit elle en se levant et en progressant sur la plage d’un pas céleste avant de se retourner vers Boher.
- Monsieur… dans la vie, on peut tomber trois fois, et se relever quatre…

Il regarda intensément la silhouette de la petite fille jusqu'à ce qu’elle disparaisse au loin…


Revenir en haut Aller en bas
tit bolide
Les gardiennes du forum
Les gardiennes du forum
avatar

Féminin
Age : 33
Localisation : au fin fond de ma campagne haute-marnaise
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 19:41

la suiteuhhh


a un peu oublier le "and" sur l'adresse du forum dans mon tampom lol
Revenir en haut Aller en bas
minicalimero

avatar

Féminin
Age : 21
Localisation : toulon
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 19:48

« Telle est la vie, tomber trois fois et se relever quatre»…
est ce que cela voudrait dire que samia est tomber, mais elle se relevera!
puisque si elle est tomber trois fois, et qu'elle se releve quatre fois, ça veut dire que a la troisieme chute, qui est sa "mort", elle se relève?
ou est ce que samia reviendrait des anges?
la petite fille, je pense que c'est un petit ange, qui vient annoncer a Boher que Samia reviendra bientot

mon cerveau chauffe lol!
j'attend avec impatience la suite, pour savoir le déroulement des choses
malgrés la tristesses des choses, j'apprécie beacoup ta fic
tu as une écriture, je trouve trés manifique!
bravo
Revenir en haut Aller en bas
http://fond-d-ecran.forumactif.com/
pblv13

avatar

Féminin
Age : 29
Date d'inscription : 18/02/2010

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 19:49

c'est très joli comme fic (triste aussi mais joli l'amour que chouchou porte à samia)
Revenir en haut Aller en bas
marion

avatar

Féminin
Age : 38
Localisation : la dreamroom du gd nord
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Mer 14 Avr - 22:58

assez troublante, cette jolie fic triste où l'on ne sait nullement par quel chemin tu risques de faire réapparaître Samia.
intrigant tout ça thinking
Me réjouis d'en savoir plus.
Super écrite, mais avec un pôv JP qui souffre......
(je suis là, JP, je veux bien faire l'ânesse ! mouah ah ah )


[i]L'amour dure autant que durent les reproches (prov arabe)
Quand on est aimé, on ne doute de rien. Quand on aime, on doute de tout (Colette)
Revenir en haut Aller en bas
lucky

avatar

Féminin
Age : 28
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Jeu 15 Avr - 2:19

Très belle suite, j'en ai les larmes aux yeux, c'est
beau et très bien écris.
Je vais m'essayer à la spéculation. Alors, je pense
que la petite fille blonde est un ange, et elle demande
à Boher si il croit aux anges parce que si il y croit,
je pense que Samia renaîtra de ces cendres.
Et puis le fameux "tomber trois fois, et se relever quatre"
veut dire à mon avis, que Samia est tombè trois fois et
quelle va se relver encore une fois et que dans ce cas là,
la "mort", ici n'est pas une fatalitè.
Enfin je dis ça, je dis rien.

En tout cas, c'est extrêmement beau, j'adore,
vivement la suite.

bravo respe
Revenir en haut Aller en bas
Nanou

avatar

Féminin
Age : 59
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Jeu 15 Avr - 13:06

c'est tres beau
supplication


chouchou para sempre

Revenir en haut Aller en bas
Mary

avatar

Féminin
Age : 27
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Jeu 15 Avr - 15:23

Pas mal les filles vos spécules Laughing Je dis rien de plus que ... voici la suite ...


Après son incroyable rencontre, Boher était rentré chez lui, l’âme en peine. L’énergie dont il était muni lui suffisait seulement à progresser à travers la rue ensoleillé, là où il croisait avec douleur le bonheur arrogant et insupportable des passants. Lorsqu’il avait poussé la porte de son studio, il avait fermé les rideaux en satin noir qui arborait les fenêtres puis s’était jeté sur son clic-clac. De là, il se passionnait pour les chiffres lumineux qui défilait lentement sur le réveil. Depuis, le décès de Samia, il avait prit l’habitude futile d’observer le temps passer sur le petit écran numérique comme pour s’empêcher de penser à autre chose. Il se remémorait sans cesse les derniers mots prononcés par Samia, son parfum, et sa voix comme si elle ne l’avait jamais quitté. Il était bien décidé à ne pas l’oublier, à la garder prés de lui pour toujours. Même si vivre entre la vie et la mort, n’était surement pas ce qu’elle aurait voulu pour lui, aujourd’hui il ne voyait pas comment survivre autrement que dans ses souvenirs. L’avenir semblait vide de sens, et ses projets n’étaient plus que néant. L’envie euphorisante de fonder une famille, avait perdue toute ses couleurs. Le bonheur, il l’avait banni des lors que Samia avait rendu son dernier souffle… Aujourd’hui, il se condamnait à renoncer à tout ce que le destin pourrait lui offrir de meilleur, songeant que sans elle il ne saurait en profiter.


Il posa son regard sur une carte postale que Samia lui avait envoyé l’été dernier lors d’un court séjour en Algérie. Il rassembla ses dernières forces physiques pour poser le pied par-terre puis saisie la jolie carte postale arborant fièrement un monde plein de couleur et de vie. Les dunes de sables qui s’enflammaient sous la chaleur abrupt du soleil lui avait donné beaucoup d’enthousiasme lorsqu’il l’avait découverte. Mais aujourd’hui, la beauté du paysage ne lui faisait plus aucun effet. Il tourna d’une main lourde et fébrile la petite carte, y lisant avec nostalgie et précaution les quelques mots griffonnés à la hâte.

Cher brigadier,
J’espère que vous allez bien et que vous reprenez des forces depuis le départ d’Abdel. Je serai bientôt de retour à Marseille, en attendant je profite pleinement de ma famille.
A très vite,
Amicalement, Samia…


A l’époque Abdel était retourné voir sa famille en Algérie, et Samia avait prit quelques jours de vacance. Même si son séjour avait été très court, elle avait eu la délicatesse d’envoyer une carte au brigadier. Samia avait eu conscience de l’état du jeune flic après le départ d’Abdel et avait tenu à lui prouver son soutien par cette petite carte. Lorsqu’il avait découvert la petite carte postale dans sa boite au lettre avec un grand étonnement, il avait beaucoup apprécié l’attention. Ce jour là, il ne savait pas que cette carte, resterai le dernier souvenir matériel qu’il aurait d’elle et que ces quelques mots enrichies de bonheur, s’éteindraient un jour si brusquement.
Un larme perla sur son visage, le manque d’elle aussi fort que les remords et regrets qui l’affectaient avait eu raison de lui. Elle était partie sans qu’il ne puisse lui avouer ses propres sentiments. Elle était partie sans savoir a quel point il l’aimait. Et il ne s’en remettrait jamais… Pourquoi avait-il si souvent refusé d’avouer ses propres sentiments, poussant l’échéance à plus tard sous prétexte qu’il avait tout le temps ? Aujourd’hui, il prenait conscience que le temps était tout aussi ingrat que l’était la mort, et qu’ils avaient conspiré pour l’emmener à sa propre perte.

Finalement ce soir là, abattu de désespoir il s’endormi avec la voix de Samia résonnant dans son esprit, l'ébauche son sourire charmant et le souvenir de son arrogance déconcertante. Son sommeil fut troublés de nombreux tourments et démons qu’ils auraient bien du mal à faire fuir, mais cette nuit là, pour la première fois depuis la mort de Samia, il s’était laissé aller au calme du sommeil.


****
Le soleil qui perçaient les rideaux noir tentait malicieusement de venir s’engouffrer sous les frêles paupières du jeune flic. Avec synchronisation, la voix du présentateur matinale de la radio vint troubler le sommeil profond du brigadier. Il ouvrit les yeux avec une certaine ténacité. Lorsqu’il découvrit le soleil qui régnait derrière les rideaux, il eut la sensation bizarre d’être en forme, pourtant encore régnait dans son cœur un profond désespoir. Il détourna la tête, et regarda le réveil qui affichait 7h00 passant à la radio les nouvelles du jours. Il ne prêta pas attention a ce qui se disait à la radio, il avait perdu le goût de la vie et son intérêt pour elle était maintenant inexistante, on pouvait bien lui annoncer l’invasion de centaines de milliers de petits bonhommes verts, ou l’explosion d’une bombe nucléaire dans le port de Marseille, il n’en avait rien à faire. C’était peut être égoïste, mais c’était comme ça, s’il devait devenir aigri, il le deviendrait, mais il ne ferai pas semblant d’être heureux juste pour la forme.

Il sorti de son lit, se dirigea vers le lavabo de la salle de bain sans prendre en considération les dire du présentateur radio dont la voix joyeuse et légère avait le don de l’agacé. Il ouvrit le robinet, et passa fébrilement de l’eau fraiche sur le visage. Il leva les yeux face au miroir et croisa son regard déserté de tout espoirs. Il scruta les ridules qui se faisaient de plus en plus nombreuses, marquées par la fatigue et le manque de force : cela faisait trois jours qu’il n’avait pas avalé plus que quelques verres de lait et un peu de pain.

Il s’arrêta brusquement, lorsqu’il entendit la voix du présentateur de la météo cette fois :

Mesdames, messieurs, bonjour, en ce mardi 1er juin, le soleil brillera sur tout le pays…

Il eut une moue dubitative, puis pensant à une divagation de sa part, alluma la télévision sur une chaine d’information, constatant avec ébahissement que les news diffusés à la télé étaient les mêmes diffusés le jour de la mort de Samia. L’écran affichait la date 01/06/10…

Il se leva, se saisit avec force de son téléphone portable et vérifia la date qui s’affichait sur l’écran LCD : tout laissait dire que la date du jour était le 1er juin 2010, il était 7h30 … Samia était morte, le 1er juin 2010 à 10h30 … comment était-ce possible… Partagé entre la confusion et la surprise, il composa avec hâte le numéro de téléphone de la jeune femme. Après quelques sonneries, son cœur s’emballa lorsqu’il entendit la voix douce et légère de la jeune femme. Elle était en vie… Soulagée il bredouilla une excuse, puis raccrocha. Pourtant l'a savoir en vie ne le rassurait pas autant que cela aurait du, une inquiétude profonde semblait envahir son corps des pieds jusqu'à la tête.

Il observa une nouvelle fois son reflet dans le miroir, un cauchemar pouvait-il le mettre dans un tel état ? Les marques de fatigues et d’amaigrissements n’étaient, elles pas une illusions…
Après longue réfléxion, par l’incroyable aventure qu’il venait de vivre, il s’habilla puis se rendit au commissariat soulagé de constater que la femme qu’il aimait était toujours en vie…


Revenir en haut Aller en bas
minicalimero

avatar

Féminin
Age : 21
Localisation : toulon
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Jeu 15 Avr - 15:29

samia est vivaaaaaaaaaaanteeeee
youpiiiiiiiiiiiii
euh, mais il s'aest paser quoi? un retour en arriere? un ange qui previent de ce qui peut se passer? ou un cauchemard,?
la suiteeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
http://fond-d-ecran.forumactif.com/
pblv13

avatar

Féminin
Age : 29
Date d'inscription : 18/02/2010

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Jeu 15 Avr - 16:14

ou un rêve prémonitoire ???
j'étais vraiment mal pour chouchou
trop bien écrit ta fic super !!!
hate de voir la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voëltjie

avatar

Féminin
Age : 23
Date d'inscription : 23/02/2010

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Jeu 15 Avr - 23:51

Whaou elle est vraiment très bien écrite ta fic elle me donne les larmes aux yeux et me serre le ventre à chaque fois que je lis un nouveau chapitre.
Moi je pense qu'il a pu grace à la petite fille (l'ange) revenir en arrière et vas devoir tout faire pour sauver Samia.
Vivement la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
lucky

avatar

Féminin
Age : 28
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   Ven 16 Avr - 1:48

C'est encore une très belle suite que tu nous as concoctès.
Elle est vraiment complexe.
Il y a plusieurs possiblitè, soit un retour en arrière,
soit un rêve prémonitoire. Mais puisqu'elle n'est pas morte,
mais que Boher sait exactement ce qu'il va se passer, cela veut
donc peut être dire, qu'il va devoir la sauver ? Oui mais
comment ? Va t'il tout faire pour ne pas quelle sorte de cette
maudite voiture. Si elle n'en sort pas, il ne lui arrivera rien.
Et si au contraire, elle sort de cette voiture et quelle se fait
tirè dessus, en faite jusque là tout ce passe comme au début de
l'histoire, mais le titre, c'est "10 minutes pour te l'avouer",
donc peut être, que Boher durant ces dix minutes va avouer à Samia
qu'il l'aime, et cet amour va la sauver ? Bon je sais, louche
comme spéculation, mais il est tard et mon cerveau marche
au ralentit. lol!

En tout cas, cette fic est passionnante et très prenante,
j'adore ton style, vivement la suite, j'adore.

bravo respe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 10 minutes pour te l'avouer...   

Revenir en haut Aller en bas
 
10 minutes pour te l'avouer...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Blu-Ray] 58 Minutes pour Vivre (Import US)
» 10 minutes pour te l'avouer...
» Internet hyper lent 3 minutes pour ouvrir Google.
» Comment avez trouvé le site? Prends 5 minutes pour le dire
» 58 minutes pour vivre - Édition Collector

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boh'Girls'Team :: Boh'furcations :: A vos plumes !!! :: Et ils vécurent heureux :: mary-
Sauter vers: